skip to Main Content

Comment fonctionne une fosse septique ?

Comment Fonctionne Une Fosse Septique ?

Destinée à recevoir les différents types d’eau, dont les eaux vannes et les eaux ménagères, la fosse septique se représente sous la forme d’une cuve faisant partie d’une installation d’assainissements non collectifs, qui existe principalement dans les milieux ruraux. Cette dernière est également connue sous l’appellation « fosse toutes eaux ». Ainsi, les eaux pluviales ne doivent pas y être raccordées car lorsqu’elles passent par des changements de débit, elles risquent de dérégler et gêner toute l’installation. (cf: Comment fonctionne une fosse septique ?)

Le but d’une fosse septique est de décomposer, par fermentation, les matières solides et de les dissoudre, par le biais de bactéries anaérobies qu’on trouve dans les eaux usées. Ce procédé nécessite, en effet, plusieurs semaines, voire de plus grandes périodes de temps pour queles déchets puissent se décomposer. Ainsi, à cause de la période limitée pendant laquelle la fosse assure le prétraitement de rétention, il faut calculer, impérativement, la capacité de la cuve.

Par exemple, le volume des fosses toutes eaux doit être au moins égal à 3m3 pour les résidences à cinq chambres. Pour chaque pièce supplémentaire, il faudra compter au moins 1m3 de plus. Quant au volume minimal des fosses septiques, il doit être de 1.5m3 pour les logements à cinq pièces, avec un ajout de 0.5m3 par pièce supplémentaire.   Les fosses doivent disposer, nécessairement, d’un bac dégraisseur. Ce dernier doit être d’un volume minimal de 200 litres en cas de réception des eaux de cuisines seulement, et de 500 litres en cas de réception des eaux de salles de bains, en plus.

Les fosses toutes eaux sont, quant à elles, munies d’une paroi siphoïde destinée à assurer le dégraissage. Si cette fosse est éloignée de plus de 10 mètres de l’habitation, il est préférable d’installer un bac dégraisseur afin de prévenir les risques de colmatage des canalisations.   Étant donné que la fosse n’assure que la fonction de prétraitement, c’est le sol qui assure réellement leur décomposition,par les tranchées d’épandage. Dans le cas opposé, il faut recourir à des massifs de sable ou des tertres filtrants, afin d’éviter un transfert excessivement rapide vers la nappe phréatique. Dans les cas majeurs, il est recommandé de recourir à des mesures plus sophistiquées comme l’utilisation de filtres bactériens et les mini-stations d’épuration.   Il est formellement interdit de rejeter les eaux issues de la fosse dans des puits ou dans les égouts, pour éviter tout risque de pollution.

Il existe donc d’autres systèmes de traitement, comme le bioréacteur à membrane, qui combine la filtration membranaire et le traitement biologique enzymo-bactériens, permettant, ainsi, de réutiliser la totalité des eaux traitées.

Comment construire une fosse septique ?

Tout d’abord, il faut choisir les matériaux adéquats. Par exemple, pour les fosses septiques domestiques, il faut opter pour du béton pour le fond et des briques ou des pierres peintes au ciment pour les parois. Le poids du béton est destiné à lutter contre la poussée d’Archimède lorsqu’une fosse est vide. Notez qu’il est également possible d’utiliser du béton armé pour les sols plutôt « souples ». De plus, il est possible de recourir à des fosses préfabriquées en ciment ou en plastique, qui sont installées généralement sur un lit de 30 cm de sable tassé.   Pour les fosses septiques de collectivités, il faut opter pour du béton armé pour les fonds et les parois.

Quelle est la taille minimale d’une fosse ?

La largeur minimale d’une fosse est 60cm. (1m3 pour les plus petites et 100m3 pour les plus grandes).

Arrivée des eaux Pour éviter l’agitation des eaux ou la perturbation des boues de décantation, il est recommandé d’utiliser des tuyaux de drainage de 100mm de diamètre, au minimum avec une pente de près de 0.5% près de la fosse. Le tuyau finissant en T plonge alors de 45cm sous le niveau de l’eau et dépasse de 15cm.

Sortie des eaux Les systèmes en tube T ou de déflecteur sont utilisés pour les petites fosses tandis que les déversoirs sont utilisés pour les grandes.

Quel est le nombre de compartiments nécessaires ?

Chaque type de fosse nécessite un certain nombre de compartiments. Une construction courante par exemple, dispose de deux compartiments : un premier de deux tiers de sa longueur et un second d’un tiers, reliés tous les deux par la mi-hauteur. Cette fonction, appelée siphoïde, présente une largeur de fosse égale au tiers de sa longueur. Les fentes de passages entre les compartiments doivent être réparties sur la longueur afin d’éviter la perturbation des boues de décantation.

Est-il nécessaire de ventiler une fosse septique ?

Toute fermentation produit des gaz, ainsi, une ventilation devient nécessaire. Afin de construire un évent, il faut le monter en faîtage des locaux, et donc au-dessus des logements. Surmonté d’un extracteur statique ou d’un éolien, ce dernier a pour objectif d’aspirer les gaz émis, qui peuvent causer d’éventuels dommages à l’habitation tels que les bétons et les parties métalliques de la filière d’assainissement.

A quoi sert une pente ?

La pente est destinée à stocker les premières boues. Il faut donc prévoir une pente de -25% dans le premier compartiment ainsi que des pentes plates dans le reste des compartiments.

Comment calculer la dimension d’une fosse septique ?

Pour identifier la dimension d’une fosse septique, il faut compter tout d’abord, le nombre des utilisateurs ainsi que la surface de l’habitation. Afin de calculer le dimensionnement des fosses, comme on l’a déjà mentionné au début de l’article, il faut compter le nombre des pièces principales dans le logement, à raison de 3m3 pour 5 pièces principales et de 1m3 de plus pour chaque chambre supplémentaire. Le rapport retenu est donc de 0,2 soit 5 personnes comptent pour une chambre. Cette méthode de calcul est utilisée en France.   Il existe aussi d’autres méthodes :

  • La méthode britannique :

Le volume de la fosse en litres=180xle nombre d’usagers potentiels+2000

  • La méthode recommandée par la Banque Mondiale :

Le volume de la fosse=  lenombre d’usagers potentiels le temps de rétention le volume des eaux usées par jour et par personne   Notez qu’il faut également prendre en compte la fréquence de vidange des boues. Ainsi, les boues accumulées, en moyenne, au quotidien, sont de 0.18 à 0.30 litres par usager par jour, en fonction de la fosse. Les calculs se font donc sur une base d’accumulation pendant un minimum de deux ans, avec un encombrement de moins de 50%. Levolume de la fosse=1000 le nombre d’usagers potentiels le taux d’accumulation fréquence/50%

  • La méthode canadienne :

Cette méthode de calcul varie en fonction du débit.

  • Pour un débit ( nombre d’usagers potentiels × volume d’eau usée compris) compris entre 1 900 et 5 700 litres par jour :

Volume de la fosse=1500×débit

  • Pour un débit compris entre 5 700 et 34 200 litres par jour :

Volume de la fosse=4300+750×débit

Comment assurer le bon entretien d’une fosse septique ?

Afin d’assurer l’entretien d’une fosse septique, il faut veiller à nettoyer souvent le bac dégraisseur. Les boues accumulées doivent être vidées et nettoyées, quant à elles, tous les 2 à 4 ans.

Traitement réussi ?

Les fosses septiques permettent de décanter près de 30% des déchets. Les effluents sont ensuite traités. Le traitement de ces derniers se fait par un lit-filtrant.   Les stations de traitement des eaux sont destinées, en revanche, à évacuer les eaux issues des fosses septiques et les eaux industrielles. D’autres applications permettent de rejeter les déchets directement dans la nature.

Back To Top